Au sujet de la transformation

Niranjan Guha Roy – Sri Aurobindo Ashram- 1981

Lettre à un ami au sujet de la transformation

Les changements extérieurs viennent en réponse à nos aspirations les plus profondes. La sagesse divine est toujours au travail développant les événements dans notre vie avec le seul but d’éveiller une conscience plus grande individuellement et collectivement. En ce moment, je pense beaucoup à l’évolution future. C’est un très long processus c’est le moins qu’on puisse dire. J’essaye de trouver les pouvoirs spirituels au travail dans le monde et en nous et quelles sont les meilleures manières de nous préparer à recevoir ces forces de transformation, comment on peut hâter le processus et quelles seront les étapes progressives de cette transformation.
Depuis que je suis venu à l’Ashram en 1946, ce problème de transformation m’a fasciné. Quand j’étais au collège, j’étais déjà convaincu qu’un jour l’homme serait surpassé par une espèce supérieure et je trouvais alors que notre mental est très limité dans sa capacité de connaissance. Quand j’ai été accepté à l’Ashram par la Mère, j’ai été absolument fasciné par la vision de l’évolution supramentale. Mon progrès spirituel a été parsemé de grands hauts et bas. Mais la vision d’une nouvelle race a toujours été une grande source d’inspiration et de force pour moi. L’évolution consciente d’une âme en un être supérieur spirituel et divin est le cadeau et l’aventure la plus merveilleuse offerte par le Divin à l’ être humain.
Tout d’abord, nous devons faire l’effort intérieur et extérieur de découvrir l’être psychique dans le centre du coeur. Alors par l’aspiration, la méditation, la concentration, par quelque discipline spirituelle, nous devons ouvrir notre mental, vital et corps aux niveaux supérieurs de conscience spirituelle au-dessus de la tête, plus précisément au dessus du centre le plus haut au sommet de la tête, le lotus aux mille pétales comme il est appelé. Commencera alors un mouvement très intense et double de la force descendant d’en haut irrégulièrement d’abord, puis régulièrement, puis à volonté et même spontanément. Cette force ou Shakti éveillera, purifiera et libérera les forces cachées et latentes dans le mental, le vital et le corps. Par dessus tout, il libérera graduellement l’être psychique caché au centre du coeur. Toute l’aspiration spirituelle vient de cet être, mais dans la nature humaine il est profondément voilé par l’inconscience de notre nature inférieure. Sri Aurobindo dit que l’être psychique ne peut pas être entièrement dégagé de la nature inférieure à moins que la force la plus haute de la conscience supramentale ne descende et transforme l’obscurité inférieure et l’inconscience. C’est seulement quand il y a une soumission complète, inconditionnelle et entièrement consciente dans chaque partie de notre être que cette force originelle de dynamisme divin peut commencer à travailler. Quand on appartient au Divin consciemment, intégralement, quand la moindre trace d’ego ou d’existence séparée a disparu, alors le travail suprême de transformation commence d’en haut. A partir de cela nous entrons dans le domaine de mutation évolutive ou la transformation pour ainsi dire. Mais même cette étape est très loin des possibilités immédiates pour la plupart des hommes sauf pour une âme ici et là.
L’Agenda de la Mère commence à ce point. Pour beaucoup il restera un livre scellé encore longtemps par manque de l’expérience correspondante. Dans l’Agenda il y a mille choses d’importance primordiale pour le développement de yoga. Vous me dites que la Mère y parle parfois des différentes personnes. Nous devons être prudents de ne pas prendre une attitude supérieure car nous trouverons les mêmes incapacités et mouvements d’ignorance en nous. Notre travail ne peut pas être complet jusqu’à ce que chaque mouvement de conscience, chaque pensée, émotion, sentiment, sensation ne soit une vague, une ondulation dans l’océan éternel infini de la conscience divine indivisible – quand il n’y a rien d’autre, personne d’autre sauf le Divin dans une conscience totale. Nous avons là un programme de travail pour des siècles à venir.
Pour en venir à la condition de base d’une transformation divine, nous y entrons définitivement une fois qu’une connexion ferme et régulière est établie entre la force divine d’au dessus de la tête et le centre dynamique, actif, ouvert du coeur. Le Divin, versant dans le vase le vin de soma est une image symbolique de l’action spirituelle. Donc le centre du coeur doit fleurir et ainsi il pourra appeler en bas la pluie de la force divine d’en haut pour libérer l’être psychique caché, la partie immortelle du Divin dans un corps mortel.

L’âme libérée de sa prison
Peinture Amita Guha Roy
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.