Méditations

Méditations – N Guha Roy

Le Sanctuaire

Il n’y a pas d’erreur
Elle sait ce qu’Elle fait.
Elle n’est pas pressée
Elle a toute l’éternité devant Elle
Mais nous!Comment suivre sa trace dans la foret!
Le passé, le présent et l’avenir
habitent ensemble en nous et parlent en même temps.
Le passé persiste et enchaîne notre inspiration.
Mais même le passé est la Mère qui se prépare et s’habille
Pour jouer un nouveau rôle qui déjà nous plonge
Dans une rêverie,une attente délicieuse.

Ce monde merveilleux, beau, terrible, cruel et violent est la création du Suprême, sorti de Son être, fait de Sa substance immortelle. Il est le Dieu prostré qui s’éveille lentement de sa transe sans fond, s’élevant graduellement à pas gigantesques vers Sa lumière absolue. Toute la matière est Sa propre conscience.  Le premier iceberg, cathédrale flottant sur une immobilité de conscience sans limites, un pouvoir, une félicité inconcevable d’existence.

Ce n’est pas un Néant vide ou neutre, une absence totale,
mais mon âme est plongée dans une immensité qui contient tout ,
une plénitude  sans ride ni onde turbulente, tranquille,
une puissance absolue, éveillée, réalisatrice, au repos.
Un être de conscience infinie, silencieux, immobile extase

 L’assourdissant vacarme de l’usine folle du cerveau
Et la fabrication effrénée des drames du vital
S’apaisent lentement, inopérants, ressemblant à un théâtre vide,
Un château abandonné propice à la méditation dans la solitude.
Tous les projets et plans sont jetés dans le feu purificateur
Le poids trop lourd pour le dos est enfin enlevé.
Cet univers est l’horloge d’un magicien
Où chaque seconde dévoile un peu de l’Un, de l’Inconnu.
Un coin du mystère accablant est en partie révélé dans le vide total de l’âme

O Vibration suprême bien au-delà des univers conçus,
Bien au-delà de la personne suprême, insaisissable, inconnaissable
O vibration suprême, intime, immobile, paix et silence, conscience absolue,
Substance, présence inaltérable dans toute manifestation

O toi, Vibration suprême au delà du mal et du bien,
Toi indivisible qui contient et remplis toutes les forces, toutes les formes,
O Toi intouchable
O Vibration suprême toi seule existe au-delà de toutes existence
Toi inconditionnée, inépuisable Source, Origine connue, introuvable,
Toi à jamais inconnue, intime, Être vivant, Seul

O suprême vibration, tu restes tout le temps perceptible à notre conscience,
En toutes choses et partout, au-delà de tout
O vibration suprême nous n’avons plus e volonté ni séparée ni unie à la tienne
Toi seule existes, notre gratitude, notre salutation

O Suprême Vibration, Bénédiction, bénédiction,
Amour et gratitude, salutation, contemplation silencieuse,
Bénédiction, bénédiction

Avalanche accablante, des images et des images, le passé et le présent et quelquefois l’avenir tissés ensemble, désordonnés. Le Réel de l’instant devient irréel, perdu irrévocablement. A chaque pas un nouvel univers découvre son visage plus ravissant. Les images font une sarabande sur le plancher de la mémoire. A quoi s’accrocher dans cette mobilité vertigineuse hors contrôle

Calmez la houle et le rugissement du Temps ivre de vitesse.
Devenez le Témoin éternel, effacez le Temps à trois visages.
Découvrez L’œil qui voit tout, le Compagnon taciturne, inaltérable.
Paix, Félicité, Liberté, Silence, Profondeur insondable, muette,
La porte ouverte sur l’Infinité du Mystère à jamais clos.

J’ai pris intensément conscience d’une Réalité, l’Un,
Une compacte Totalité où tout existe éternellement,
Immortel, individuel, identique, un avec tout en essence, partie de l’Un.

Il n’y a pas de distance, il n’y a pas de mort,
Pas de perte de séparation ni de barrière.
Chacun est Cela qui est l’Acteur éternel, l’Être conscient en tout,
Pas affecté par le jeu, jamais diminué, à jamais pur,
Toujours entier et intégral, en mouvement,
Une lila, un jeu sans fin de découverte de Soi,
De sa propre manifestation dans des rôles infinis.
C’est le Permanent, la demeure de la Vérité, la Réalité divine
Au delà des attaques du temps, de la division et de la souffrance.

Même le temps et l’espace prennent une signification complètement différente.
A travers chaque point dans l’espace on émerge dans l’Infinité,
Le point lui même est infini
L’Infinité entière est aussi un point.
Le passé s’étire dans un immense mouvement rétrograde
Et émerge dans le future.
De même que le future se courbe dans le passé
Par un mouvement incommensurable dans le temps.
Le présent est la scène d’action éternelle immobile
D’une Conscience vaste, infinie, éternelle.

Chaque point dans l’espace ou le temps
Se penche vers lui même à travers des infinitudes
Qui n’est rien d’autre que la totalité d’une Existence compacte
Entière, indivisible, inconcevable,
Rassemblée dans un sens d’intimité avec tout
Vivant à jamais plus près que la plus grande proximité,
Inhérente, spontanée, unifiée, non distinguable d’elle même,
Ni de l’observateur, ni de l’objet de la perception
Formant une seule entité et mouvement.

C’est une graine et pourtant un arbre,
L’océan et pourtant une goutte d’eau,
Le rayon et pourtant le soleil entier,
Une seule Félicité aux millions de nuances
Inaccessible par les mots et pourtant une Existence lumineuse
Vibrante, vivante d’une joie et d’un mystère sans fond.

Cela, Cela seul est la Réalité.
Le mensonge, l’obscurité, l’ignorance et la souffrance
Sont des rayons mystiques lumineux aux couleurs magiques
Donnant une beauté qui ravit l’âme au Joueur éternel
l’Enfant, la Prêtresse, la Danseuse de la danse de félicité

A Toi, O mystérieuse Présence, notre cœur de gratitude

 

La Force Divine
Salut à Toi, bienfaisante Force Divine, pluie auspicieuse
Salut à Toi, rivière de Paix, cascade de silence
Parfum céleste remplissant la nef intérieure avec la pureté de l’encens.
O force
Apporte ton rapide et violent courant d’extase divine sans merci
Averses aveuglantes, ouragans rugissant, vagues hautes comme des montagnes
Coups de foudre lumineux transperçant les tours de la nuit
Fait éclater la vaine gloire de l’illusion d’une existence indépendante
O Amant passionné
Serre ton amante dans une étreinte d’airain plus douce que la mort
Emporte la pour voyage de noce dans des dimensions brillantes
Surchargées de lumière condensée
Descendez
O  torrents écumants bleus, verts, orange,  roses et violets

 

Il y a un Être, une existence, un mouvement, une volonté.
L’Être dans sa totalité est la Conscience absolue, Force et Félicité.
L’univers matériel est le même Être intériorisé,
oublieux de soi, absorbé en lui même.
Le voyage est de l’Être absorbé en lui même dans l’existence matérielle à l’Être de conscience absolue par une manifestation de conscience graduelle et progressive.
Nous allons de l’ignorance de notre identité à la conscience absolue.
Nous allons de la conscience infinitésimale à la conscience infinie indivisible.
Nous allons de la conscience limitée, divisée, séparée à la conscience infinie, éternelle, une et unique.
Toute limitation est souffrance, mensonge, mort et déni de la Félicité inaltérable

 Je m’éteignais en prison et les murs se sont dissous par Sa présence.
Ce monde laid, aveugle et violent a disparu à son contact magique.

L’univers en tant que tout progresse des ténèbres vers la lumière absolue,
de la souffrance et la mort à la félicité immortelle de l’existence.

Dans ce mouvement universel il n’y a pas d’action de la chance,
pas d’erreur, pas de déviation dans le sens absolu.

****

L’aspiration est la présence du Divin qui émerge.
La soumission est le chemin et le voyage
La perfection de la soumission est le yoga de la Mère et de Sri Aurobindo

*****

Voir, savoir, sentir et accepter
Que tout ce que le Divin fait pour nous et le monde
Est le meilleur sous les circonstances universelles du moment,
Est le cœur de la soumission.
Un être soumis est l’instrument le plus puissant
Pour la manifestation du Divin sur terre

Une soumission confiante et toujours plus grande
A Mahashakti, la Force du transcendant est la clef, le passeport,
Le voyage magnifique et la consommation suprême du yoga

Chaque atome héberge le Divin, et l’atome n’est que le corps de Dieu.

Dans chaque homme, dans chacun être vivant dort la semence d’or céleste.

En vérité, tout est éternellement Divin, il n’y a rien que le Divin.
La souffrance, la violence, l’impuissance, la mort et les maladies,
Les désirs, les passions, la guerre font partie de la conscience humaine.
Dans la Lumière divine la souffrance, l’obscurité, l’inconscience
Sont inexistantes comme au soleil, la nuit épaisse est absente.

L’être divin vit dans le Divin, mû par le Divin, au service du Divin.
Il porte le flambeau de la lumière, de la joie, de la puissance immortelle.
Tous les êtres sont ses frères, enfants chéris de la Mère Divine unique.
Tous les autres sont pour lui, chacun, un reflet du Divin,
Une partie intégrale de lui-même, un aspect du Soi infini.

Oubliant le passé des cauchemars, les poignards enfoncés dans le cœur.
La terre sourit et pleure de joie assise aux pieds bénis de la Mère.