La conscience divine et le corps physique

Il y a plus de 2000, Bouddha a trouvé 4 malédictions dans la vie humaine – la maladie, la souffrance, la décrépitude avec l’âge et finalement la mort. Ainsi, il a prêché le caractère éphémère de ce monde et a développé le yoga de libération – le Nirvana – de toute l’existence de la terre. Les Rishis védiques, il y a des milliers d’années avaient une autre perception, ils ont découvert que bien au-delà du mental le plus haut, il y a une conscience éternelle divine de toutes les perfections incluant la possibilité d’immortalité physique dans un corps divin sur la terre. Sri Aurobindo et la Mère ont fait descendre cette conscience dans l’évolution de la terre, qu’ils appellent le supramental, car elle est au-delà des réalisations les plus hautes du mental. Ils ont annoncé que dans l’évolution de la terre à cette étape, il y a un petit nombre de gens qui ont en eux un être psychique développé qui est une partie immortelle de la Divinité suprême. En pratiquant le yoga de Sri Aurobindo, on peut prendre conscience de la Divinité suprême dans notre être psychique caché profondément dans le cœur mystique de l’homme. Une fois que nous prenons entièrement conscience de l’âme immortelle ou le psychique et par cela de la Divinité suprême, alors, en suivant Sa direction lumineuse et en nous soumettant totalement à la Shakti Suprême divine en nous, nous pouvons acquérir une conscience immortelle divine effectuée par Son pouvoir de transformation divine dans notre mental, coeur vital et le corps. C’est un voyage très long et difficile. Si nous pouvons réaliser la conscience divine à travers l’être psychique éveillé en nous alors il y a la possibilité d’un nouveau corps divin libre de fatigue, maladie, décomposition et finalement de la mort. Nous vivons dans notre âme immortelle dans un corps ou sans un corps. Nous sommes entièrement libérés de toute l’ignorance et de la souffrance. Le Divin, la Mère dans l’être psychique, se charge de notre vie entière et action le moment où nous décidons de nous donner au yoga de transformation. Elle nous donne et apporte tout ce qui est nécessaire pour la réalisation du grand idéal noble et donc notre seul travail est d’aider les âmes conscientes qui aspirent pour la vie divine, qui veulent se donner entièrement à la Mère suprême Divine dans l’âme, aider les chercheurs à découvrir le psychique en eux. À moins que la découverte du psychique ne devienne exclusivement l’objet principal de la vie, rien n’arrivera, aucun changement fondamental n’est possible.
Notre travail principal et exclusif, à l’heure actuelle, est d’incarner cette conscience divine dans notre corps physique. C’est un processus extrêmement difficile et douloureux car la matière de la terre est incapable de supporter le contact de la force de transformation. Notre corps est d’origine animale. Comme notre connaissance de soi augmente, nous trouvons en nous une âme lumineuse immortelle et la bête mortelle originale, qui n’honore ou ne respecte rien et dévore ce qu’elle rencontre dans son avidité furieuse, non contrôlée, aveugle et sa passion. La découverte de la Bête diabolique en nous est l’expérience la plus humiliante pour les candidats de Vérité, la Beauté et le Bonheur. C’est le défi auquel l’âme héroïque doit faire face – transformer la Bête originale dans un Pouvoir divin. Il ne peut jamais y avoir un paradis sur la terre à moins que la Bête ne soit transformée par la descente supramentale la Force. Le vase d’argile, notre corps, peut à peine soutenir l’action de la Force suprême et s’écroule trop souvent sous sa pression. Nous ne pouvons pas fermer nos yeux et feindre que tout est bien et beau. On doit faire face au problème fondamental. La transformation du corps physique aura lieu graduellement pas à pas, pendant au moins mille ans ou plus mais ce qui est possible à l’heure actuelle c’est d’émerger dans la conscience de notre âme immortelle libre de la naissance et de la mort du corps physique.
Seule la Shakti Suprême libérée peut accomplir le miracle impossible.

****

Niranjan Guha Roy – 2004

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.