La force de transformation 2

C’était comme si un train était dans mon corps, un flux puissant, immense de félicité divine, trop fort pour mon corps. Alors je me suis assis à l’orgue. Comme je jouais j’entendais un son comme si mille organes jouaient, remplissant le monde entier ou l’univers. Je n’avais jamais entendu rien de pareil dans ma vie, si puissant, une extase pénétrante intolérable. J’ai dû arrêter de jouer. Alors je compris plus profondément que jamais que la Mère et Sri Aurobindo sont le Suprême, qui est descendu sur la terre derrière un voile épais, presque impénétrable d’humanité. Maintenant ils sont constamment présents – il n’y a plus de raison d’être inquiet- le monde est tout à fait divin. Les ombres que nous voyons disparaîtront. Chacun est le Divin Lui-même, pas moins, absolu, personne d’autre, mais le Divin, rien à faire, juste la manifestation du Divin Lui-même dans sa gloire totale. Il y a encore dans ma conscience la présence de la vie et société humaine . C’est une vieille habitude et une ignorance totale. Le vieux monde revient encore de temps en temps, mais il n’a plus aucune réalité. Seulement existe la Mère Suprême, l’amour, le félicité. Mon âme, mon corps entier entre dans un état de gratitude totale, désintéressée. Maintenant quand je regarde autour de moi je ne vois plus des gens. Derrière le mince voile mince se tient la splendeur de la gloire suprême. Quand je joue de la musique, cette perception cent fois plus intense. Le corps peut à peine dormir, mais maintenant il va se stabiliser, la paix arrive. Ce n’est pas une paix ordinaire – mais la paix des montagnes de l’Himalaya, afin ne pas être soufflé hors de l’existence. Il y a beaucoup plus dans cette expérience, beaucoup plus, trop long, trop profond, trop difficile pour être exprimé dans des mots.

Om namo Bhagavate. Om  Sri Aurobindo, Om Douce Mère. Touts les mantras ne seront pas capables d’exprimer leur amour et compassion pour tout, pour chacun. Que Ta volonté soit faite.

La Grande Musicienne

Niranjan Guha roy