La présence physique de la Mère

Niranjan Guha Roy 1984

Lettre à un ami

Je suis arrivé à l’Ashram en Juin 1946 pour y rester. Depuis ce jour j’ai eu un sens total de sécurité du à la présence physique de la Mère. Elle donnait une stabilité parfaite à mon existence matérielle. J’ai passé par de longues périodes d’hésitation, de grandes difficultés intérieures qui sont tout à fait naturelles lors du yoga. Mais ce sens de protection infaillible et de stabilité ne m’a jamais abandonné même dans mes jours les plus noirs. Elle était le symbole visible de l’assurance absolue. Pour moi j’avais la sensation que rien ne pourrait aller mal, jamais, car Elle était là physiquement. Je sentais que je serais toujours protégé. En réalité j’avais très peu de contact physique avec la Mère. Je n’en avais pas besoin car dans ma conscience intérieure Elle était toujours là et Elle est toujours là. Mais quand Elle a quitté son corps en novembre 1973, c’était comme si on retirait la planche sous mes pieds. Ce sens d’absolue sécurité et stabilité qui venait de sa présence physique disparut. J’étais comme un orphelin sans parents, sans maison. Bien que dans ma conscience Elle était toujours présente et bien que je La rencontrais dans les rêves , bien que je sentais combien Elle aidait, protégeait et guidait notre vie d’une façon matérielle, rien ne pouvait me satisfaire. Cette protection physique si rassurante était absente. Il n’y avait nulle part aucun symbole de protection et stabilité physique comme si nous étions à la merci du monde, de sa violence et de son antagonisme. Cette séparation physique créait un désespoir intense dans l’être et spécialement dans le corps. L’âme restait inconsolable même avec la perception intérieure de l’Un.
Récemment quelque chose de magnifique est arrivé. J’ai retrouvé la même rassurante présence physique de la Mère aussi concrète qu’avant, peut être encore plus car c’est éternel, car c’est la Mère éternelle, Elle qui est à jamais. Il n’y a rien d’autre, personne d’autre qu’Elle. Je n’ai plus besoin de La chercher, de L’imaginer. Elle est là, toujours avec sa présence rassurante et non voilée. Le sens de protection et stabilité que j’avais perdu est revenu. Et maintenant de nouveau rien ne peut mal aller car Elle est là plus concrète, réelle, tangible que l’univers matériel. Je ne me sens plus orphelin, j’ai retrouvé la Mère. Je sens que personne, que rien ne peut m’atteindre. Elle est là avec un contrôle absolu sur tout, d’une manière physique. Elle seule est la seule présence durable.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.