La Grande Musicienne

Le Jeu Divin

Pour qu’une collectivité soit unie, heureuse et harmonieuse. Il faut avoir une bonté compréhensive sans limite. Il faut à tout moment agir mû exclusivement par la bonté lumineuse. Non pas chercher les fautes chez les autres ni les provoquer par des critiques destructrices, mais être tolérant envers tout le monde comme la Mère Divine Elle-même. Il faut être plein de compassion, de patience, avoir la paix, la joie, la vision que chacun et tous malgré l’apparence trompeuse sont des enfants de la Mère Divine, Ses parties et les fragments divins de l’Un. Chacun et tous sont le Divin Lui -même, masqué, déguisé pour le Jeu universel ravissant. Lorsqu’on vivra dans la vision véridique du Divin seul partout infiniment, éternellement dans la manifestation et au-delà, alors commencera la vraie vie divine sur terre. Tout est divin, le Divin, il n’y a plus toi et moi mais le seul Divin infiniment déployé. Tout est le jeu du Seigneur Suprême, de la Mahashakti Divine inséparables. Ce qui, dans notre ignorance parait une guerre, une lutte impitoyable, interminable, insoutenable devient, dans la Conscience Divine supramentale, un Jeu, un déroulement, un dévoilement perpétuels du Mystère insondable, irrésistible de la beauté, de la béatitude du Seigneur et de la Mère indivisibles dans chaque rayon du soleil supraconscient, transcendant.
Lorsque la Mahashakti supramentale pourra nous posséder et agir à travers nous comme ses instruments parfaits, dociles, consacrés pleinement conscients, alors Elle pourra peu à peu créer, là où il y a une petite ouverture, un monde de Vérité divine petit ou grand.
Donc, perfectionnons notre don de soi total intégral, plein d’amour et de confiance en la Mère Divine et laissons La agir à travers nous, jouer sur le grand piano maintenant consacré et en extase. Aucun effort même surhumain poussé par l’ego ne pourra créer le nouveau monde divin. Seule, la Mère Divine en est capable et le fera à travers les instruments qu’Elle est en train de préparer avec beaucoup d’amour et de tendresse.
La Mère murmure dans notre âme à l’écoute :
« Je suis la seule Réalité. Tout ce qui existe, c’est Moi-même. Adore Moi, aime Moi dans chacun et tous, car il n’y a personne ici ou ailleurs que Moi-même. Tout est à jamais la Félicité divine, Moi-même. N’oublie pas, n’oublie jamais la Mère Divine qui est la seule ouvrière qui agit, accomplit tout éternellement. Aime Moi toujours. »

Om namo bhagavate.
Om janani madhura.
Om bhagavan Sri Aurobindo

Niranjan Guha Roy 2003