Le noyau dur en nous
Quand nous avons assez de courage pour regarder les différentes parties qui composent notre propre être et l’état de chaos dans lequel il se trouve, nous sommes étonnés et perdus sans savoir par où commencer et quoi nettoyer en premier. Nous ne devons nous troubler mais devons essayer d’établir la tranquillité dans notre conscience. Cela nous aidera à avoir une vision nette de la situation. Si nous devenons impersonnel comme si nous regardions les secrets cachets de quelqu’un d’autre alors cette recherche peut devenir une intéressante excursion. Regardons dans les placards en désordre, nous y verrons des tas de choses sales accumulées dans la plus grande confusion.On a besoin de la lumière des rayons intuitifs de la discrimination pour pouvoir distinguer le bon et précieux du sale et sans valeur qui sont comme des relents empoisonnées et nauséabonds. Prions et accrochons nous à notre âme, à la Mère. Il n’y a pas de perversité, de laideur, de cruauté ,de violence, de démon dans le monde qu’on ne trouvera pas en soi. Nous portons le monde en nous même mais nous portons aussi la Divinité suprême qui réside dans notre âme à la lumière de la Vérité éternelle, du Bien, du Beau et de la Félicité. Si nous regardons profondément en nous nous verrons beaucoup d’éléments qui détestent la lumière, qui hurlent et se révoltent et deviennent violents si on essaie de leur imposer la loi de vérité.
Parmi ces éléments récalcitrants on en reconnaitre un , un très spécial, celui qui mène la danse. Il ne se soumettra jamais, il refusera de négocier, de parler , il est le noyau dur de la résistance. Dans chaque partie de l’être il y a un noyau dur, dans le mental, dans le vital et dans le corps. Pour chaque personne le noyau dur est différent. Par exemple dans certains ce sera une très forte tendance à la violence, dans d’autre un esprit indépendance qui refuse même la moindre intervention dans ses affaires personnelles, dans d’autres ce sera la jalousie, l’orgueil, l’avidité, la luxure ou même une tendance au suicide et à l’auto destruction ou bien une folle ambition insensée. La difficulté devient colossale quand le mental se joint au vital obscure et que le corps prend plaisir à un acte ou à une sensation dans une tendance sadique
Nous sommes tous des aspects du Divin. Il est impossible de trouver deux objets ou êtres identiques dans la manifestation. Chacun de nous est une création distincte, destinée à manifester un aspect du divin. Le noyau dur ou la difficulté centrale est la clé directe de ce que nous devons devenir. Si je suis mesquin comme personne alors j’ai la possibilité de devenir prodigieusement généreux, distribuant la richesse divine avec une grande satisfaction. Si je refuse de courber le dos devant quiconque alors j’ai la possibilité d’une soumission absolue. Si j’ai l’ambition de devenir le seigneur de tous avec personne pour contester ma souveraineté alors j’ai la possibilité de devenir un esclave de Dieu sans identité. En résumé quand on découvre le noyau dur, l’essence de l’obscurité concentrée en nous, notre plus formidable adversaire diabolique, notre mortel double, on découvre aussi notre destinée spirituelle, l’aspect particulier que nous manifesterons surement un jour. On fera encore une découverte d’une extrême importance. Si nous nous concentrons sur la transformation de ce noyau dur, le central antagonisme, alors tous les petits défauts de notre nature sont automatiquement transformés sans qu’on leur prête une attention spéciale. De cette manière on sauve un temps et une énergie précieuse dans la sadhana. Débarrassons nous de l’excès de bile et alors le mal de tête et indigestion et autres maux disparaitront.
Nous devons nous appuyer sur la partie la plus lumineuse de notre être alors le travail de transformation sera plus facile pour la Force divine. C’est cette collaboration qui nous est demandée par la Mère Divine. La nuit la plus impénétrable cache la plus pure lumière divine éternelle.
****
Niranjan Guha Roy 1986