Le Rossignol et l’Oiseau Moqueur

conversation

 Le Rossignol et l’Oiseau Moqueur

“Menteur, menteur, tu es un menteur né
Chantait le rossignol sur un ton triomphant”
Les roses dans le jardin se détournèrent de l’oiseau moqueur
Et avec une exquise délicatesse murmurèrent
“ Nous ne voulons rien avoir à faire avec toi”
Le rossignol reprit un nouveau chant
“ Tu es non seulement un menteur mais tu es complètement fou
Et le triste là dedans c’est que tu n’as aucune idée de ta folie!”

“Merci, mon cher ami, répliqua l’oiseau moqueur
Pour les compliments si attentionnés dont tu m’abreuves.
Je suis un menteur, mille fois un menteur, un peu fou,
Mes idées sont nébuleuses, un peu brumeuses, pourtant pas hystériques.
Mais je connais quelques personnes qui n’ont jamais menti
Ou essayé de décevoir les autres avec des paroles brillantes.

Bouddha ne mentit jamais quand Il parla de la Perfection
Le Christ non plus qui proclama le Royaume des cieux à venir.
Krishna n’était pas fou quand Il parla de l’union avec Dieu
Et Sri Aurobindo, qui alluma nos âmes
Avec Sa vision d’une Vie Divine sur cette terre obscure.
Ils ne sont pas des menteurs
Aujourd’hui je suis ici, demain je meurs,
Seulement Eux ont de l’importance, pas moi, pas moi!

Comment pourrais je être vrai
Quand je ne sais même pas qui je suis ni ce que je fais!
Mais quand je cesserais d’exister, quand je serais aboli,
Quelque chose vivra à jamais,
Une Réalité éternelle, resplendissante,
Ne nécessitant aucun soutien de toi ou de moi.
Si je suis un mensonge alors Dieu doit être un rêve inutile!!
Un pétale de lys, un regard plein d’amour,
De pales souvenirs, une parade fascinante de formes sans fin
Et même toi cher ami,et ses stupides boutons de rose et moi même
Qui courrons tous à travers l’espace sans limite
D’une vaste conscience essayant de goûter à toutes ses richesses
Nous devons tous aussi être d’énormes mensonges!

Nous Le touchons, sentons Sa présence et étreignons l’Un
Nous nous plongeons avec extase dans Sa félicité.
Mais nous sommes toujours poussés à le nier
Car Il s’échappe dans quelque chose que personne ne peut définir!

“ Menteur, menteur, tu es un menteur né »
Chantait le rossignol plein de gaieté

L’oiseau moqueur répliqua
“Mon très cher ami;
Il y a une lumière, une présence, une unité, une intensité, un amour
Quelque chose de pur, un visage invisible, un corps sans forme,
Un amant immortel en qui toi et moi existons.
Je suis un menteur, mille fois un menteur
Mais il y a des instants merveilleux de révélation
Quand toi et moi nous unissons à Lui
Et vivons et ne mourons jamais.
Tout les reste n’est qu’un énorme, colossal mensonge

************

Niranjan Guha Roy

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.