L’Horloge du Magicien

L’Horloge du Magicien
L’assourdissant vacarme de l’usine folle du cerveau
Et la fabrication effrénée des drames du vital
S’apaisent lentement, inopérants, devenant un théâtre vide
Un château abandonné propice à la méditation dans la solitude.
Tous les projets et plans pour créer un monde sans danger, uni
Sont jetés dans le feu, un poids écrasant pour le dos enlevé.

Caché de la foule trop curieuse, dans un solitaire no man’s land,
Loin des villes surpeuplées,
Loin des arrogants seigneurs d’aujourd’hui
Qui se vantent de décider de l’avenir de la race
Et de régler l’allure des étoiles,
Une Force infatigable silencieuse est en train de pétrir l’argile
Pour sculpter de merveilleuses divinités de l’avenir
Avec l’oeil parfait d’un bijoutier amoureux de son art.
Cet univers est l’horloge d’un magicien
Où chaque seconde dévoile un peu l’Un, l’Inconnu.
Le lever du soleil, les couchers du soleil, les vents,
Les courants, les marées et les saisons,
Les naissances et les morts
Sont contrôlés par une Main invisible –
La symphonie se joue toute seule.
Une Sagesse toute puissante et réalisatrice réside
Dans le coeur de chaque grain de sable, chaque cellule,
Dans l’âme de toutes les créatures vivantes
Et dans des galaxies lointaines.
Cet univers est un miracle de la vision de Dieu
Qui se développe Lui même.
Une splendeur, aperçu rayonnant inoubliable du Suprême,
Un coin du mystère accablant
Est en partie révélé dans le vide total de l’âme.
Quand chaque danseur évoluera volontairement,
Joyeusement dans le parcours qui lui est dévolu,
Se soumettant aux lois de la Force,
A la douceur irrésistible de la Mère,
Alors notre long et difficile labeur de galériens
Se terminera dans Son apaisante étreinte.
****
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.