Nouvelle vision sur les difficultés

Nouvelle vision sur les difficultés
L’amitié et l’inimitié sont une seule et même chose. Cela dépend de la position où l’on se place dans la manifestation ;
Exemple : La lune éclaire la terre – elle est amie
Pendant l’éclipse du soleil – elle est ennemie
Mais c’est toujours la lune. Au dessus de l’amitié et de l’inimitié il y a la bonne volonté.
C’est le Divin qui se manifeste et prend cette position ci ou celle la dans la manifestation.
Dans la tradition spirituelle ancienne de l’Inde, l’ennemi est le plus grand ami car il nous fait faire un immense progrès.
Chassé par la mort, l’homme marche vers l’immortalité. L’enclume résiste, ainsi le fer peut être forgé et bien martelé. Le fer résiste, ne cède pas, ne s’écroule pas, ainsi le fer est utile. Pour l’œil qui voit, il n’y a pas d’ennemi, il n’y a pas de résistance, il n’y a pas de difficultés mais un arrangement des choses et des circonstances et des forces pour le jeu, pour une manifestation toujours plus supérieure, plus divine. Il y a à tout jamais une harmonie absolue, une aide mutuelle entre les éléments. Tout est prévu, dirigé par une Sagesse suprême, un amour indivisible, invariable qui ne fait aucune distinction entre les éléments qui constituent, qui sont les mouvements partis de soi même. S’il n’y avait pas de résistance, il n’y aurait pas de création. Si le sol cédait indéfiniment, on ne pourrait pas marcher dessus. S’il n’y avait aucune résistance il n’y aurait jamais la manifestation du fini dans l’infini. La frontière est une résistance mais qui donne un corps à l’Infini. Aussi à l’œil qui voit, à tous les niveaux, toute résistance est bénéfique. C’est pourquoi quand l’Avatar se manifeste dans le monde matériel Il rencontre la plus grande résistance venant de tout ce qui existe dans le monde matériel. C’est une occasion pour l’Avatar de manifester un degré de divinité infiniment plus supérieur, d’amener un ordre révolutionnaire nouveau. Ainsi les êtres les plus développés rencontrent d’immenses difficultés d’opposition pour apporter un progrès universel général. Plus grandes sont les difficultés, plus grande est la chance d’une avance inattendue. L’œil qui voit ne repousse pas les difficultés mais les accepte comme un lutteur qui aime se battre avec des confrères plus forts que lui afin d’acquérir une plus grande maîtrise dans son art. L’œil qui voit discerne la possibilité d’un grand progrès dans chaque difficulté qui se dresse contre lui et il est reconnaissant au Divin de recevoir comme cadeau l’occasion difficile qui lui permet d’aller plus loin, plus vite. Il a une confiance totale dans la sagesse et la bonté du Divin. Dès qu’une difficulté se présente, il devient alerte pour faire un effort maximum et ainsi gagner le cadeau, le prix de Dieu.
*******
Niranjan Guha Roy 1972
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.