La Marche éternelle

La Marche éternelle

Assis devant l’écran géant, je contemple le flot vivant de figures et d’êtres incarnés qui marchent vers le néant, chacun avec son panier plein d’espoirs,Lire la suite


Méditations

Ce monde merveilleux, beau, terrible, cruel et violent
est la création du Suprême, sorti de son être,
fait de sa substance immortelle.
Il est le Dieu prostré qui s’éveille lentement de sa transe sans fond, s’élevant graduellement à pas gigantesques vers Sa lumière absolue.
Toute la matière est sa propre conscience.
Le premier iceberg,
cathédrale flottant sur une immobilité de conscience sans limites,
un pouvoir, une félicité inconcevable d’existence.

******

Ce n'est pas un Néant vide ou neutre, une absence totale,
mais mon âme est plongée dans une immensité qui contient tout ,
une plénitude  sans ride ni onde turbulente, tranquille,
une puissance absolue, éveillée, réalisatrice, au repos.
Un être de conscience infinie, silencieux, immobile extase

****

 L'assourdissant vacarme de l'usine folle du cerveau
Et la fabrication effrénée des drames du vital
S'apaisent lentement, inopérants, ressemblant à un théâtre vide,
Un château abandonné propice à la méditation dans la solitude.
Tous les projets et plans sont jetés dans le feu purificateur
Le poids trop lourd pour le dos est enfin enlevé.
Cet univers est l'horloge d'un magicien
Où chaque seconde dévoile un peu de l'Un, de l'Inconnu.
Un coin du mystère accablant est en partie révélé dans le vide total de l’âme

****


la fontaine cachée

Dans un doux rêve j’ai rencontré un Messager
Qui me parla du secret de la fontaine cachée que je porte en moi.Lire la suite


Sur le chemin peu connu

O Pèlerin
Reste silencieux un moment
Contemple la bannière bleue et or de la nouvelle création,Lire la suite


Quand Tu es avec moi,

Douce Mère
Quand Tu es avec moi,
Ta douceur s’infiltre dans les recoins obscurs de mon cœur,Lire la suite


Soyons guidé seulement par la lumière intérieure - Let us be guided only by the inward light

Prière à mon âme

 

Monte, monte, mon âme
Plus haut, plus haut et encore plus hautLire la suite


Retourner à la Source

La vraie tristesse est la tristesse de séparation. On veut retourner à la Source, mais on ne sait pas comment. C'est comme une mémoire, un vague souvenir, on entend un appel et tout ce que l'on fait est alors en réponse à cet appel irrésistible. Le yoga de Sri Aurobindo peut être suivi par ceux qui ont tout vu, tout eu de la vie humaine. Comme si pour eux, l'aventure humaine est définitivement terminée. Ils peuvent se jeter dans l'aventure de l'avenir que nous pouvons vraiment appeler l'aventure de l'incarnation de l'Esprit dans la matière. C'est une aventure dans la joie de la découverte. On doit devenir silencieux,et apaiser les luttes intérieures, reconnaître l' animal en soi même, et découvrir dans le cœur secret, le plexus solaire, la source de la beauté divine, joie, pureté, liberté. La Voix du guide, l'ami, du père, mère, maître semble d'abord venir de très loin, mais plus on est attentif, plus on aspire à l'écouter et lui obéir, plus elle devient claire, intime, proche, et on commence à percevoir la Personne, Il ou Elle qui parle... C'est l'Infini... l'Éternel qui nous attire, qui entre furtivement dans notre vie. Peu à peu, le contenu de l'Infini lui-même nous remplit... La paix, la joie, l'infini lui-même, sans barrières, sans limites de temps et d'espace... Le mortel découvre son immortalité dans l'Esprit. C'est le chemin que la Mère et le Sri Aurobindo ont tracé pour nous. Dans l'évolution terrestre, le temps est venu, le moment est propice. Après des millénaires de lutte, d'inquiétude et de recherches frénétiques, l'homme est sur le seuil d'une merveilleuse vie.

Les façons d'atteindre l'Infini sont infinies. Donnons nous avec la confiance d'un enfant à l'Éternel. L’Éternel qui s'incarne de temps en temps sur la scène terrestre. Donnons nous avec amour, à "Cela", la Source, la Mère, notre vie sera alors accomplie. Le grand mystère pénétrera en nous et tout autour de nous nous sentirons ce mystère insondable mais si intime. Un simple collier de perles de plastique nous mettra en contact avec le merveilleux abîme du mystère, car lui aussi est l'incarnation momentanée de l'Éternel. "La Folie Divine" nous possédera.
Regardons autour de nous, rien n'était là, rien ne restera comme il est. Tout change, mais qui change ? Derrière tout se trouve le corps de l'Infini, l'Éternel, la conscience suprême, l'océan avec ses changements perpétuels, ses vagues bruyantes, lumineuses.
Une fois qu'on a senti l'Infini, sa Présence propice se chargera de nous et de notre avenir.

*****

Niranjan Guha Roy 1975


Le Yoga de Sri Aurobindo est une révolution

La synthèse des yogas est une merveilleux compagnon pour la vie toute entière. On y trouve presque tout ce qui est connecté au yoga de la Mère et de Sri Aurobindo. Un jour les générations à venir reconnaitront l’anglais le plus beau et le plus puissant jamais écrit. Savitri est l’histoire épique de l’âme qui aspire pas à pas s’élevant pas à pas vers la divinité. C’est l’histoire du Divin lui même descendu sur la terre en deux corps pour élever la race humaine. D’une manière symbolique l’histoire de Savitri et Satyavan est l’histoire de la naissance de l’Éternel dans le temps en deux pouvoirs ouvrant les cieux fermés à la conscience supramentale pour l’évolution de la terre, accomplissant ainsi la promesse faite il y a des ages d’un royaume divin sur terre.
Bien avant que l’être supramental ne se manifeste dans un corps supramental il y aura un grand nombre d’êtres qui apparaitront sur terre avec des mutations spirituelles plus ou moins avancées. En ce moment ce qui est possible est la transformation graduelle du mental en un instrument de lumière et de conscience, ainsi que la transformation de notre être vital en un instrument de la conscience divine et la transformation de l’être physique subtil en un instrument de lumière, la transformation de certain pouvoirs occultes et fonctions de notre corps physique. Mais la pénétration de la force plus haute reçoit une très grande résistance des instruments plus bas.
Au fur et à mesure que cette force descend dans les petites les plus matérielles, notre corps, les difficultés dues aux incapacités inhérentes, l’apathie, la résistance augmentent presque dans une progression géométrique. La descente des forces spirituelles libère tout ce qui est caché sous le mental, vital et le contrôle psychologique, tout ce qui est couvert, subconscient et inconscient. A tout moment le désastre peut arriver si l’âme, l'être psychique, n’est pas entièrement développé et n’est pas devenu le leader du yoga et de notre être, le prêtre du sacrifice. Sous la tension et la pression des forces spirituelles descendantes, même si les pires catastrophes dans le mental et le vital sont évitées, la pression et la douleur dans le corps est parfois presque intolérable. C’est pourquoi la Mère et Sri Aurobindo ont insisté sur la paix dans les cellules même du corps. La paix augmente la réceptivité du corps et de l'être tout entier
Nos Rishis des Vedas connaissait cet aspect du yoga et en leur langage l’exprimèrent ainsi” un vase non cuit ne peut pas contenir le Soma divin et il se casse invariablement”. Ce corps humain est vraiment très faible, fragile, on peut dire que c’est vraiment essayer de mettre le pouvoir d’une locomotive dans un jouet. Notre être et notre corps doivent s’habituer lentement aux assauts, aux tempêtes et aux ouragans de la flamme divine. Nous sommes ainsi constitués que même une touche de paix rend le vital agité. Quand il n’y a plus de pensées dans notre mental, cela nous alarme et si nous sentons pour un moment l’absence de désir, nous attribuons cet état à une anormalité ou maladie. Donc le pouvoir doit travailler lentement sur une longue période afin de nous accoutumer aux états d’une conscience plus hautes. Les centres s’ouvrent un par un jusqu’à ce que tous les centres de la tête au pieds soient ouverts et actifs. Le pouvoir travaille dans un centre ou dans un autre ou dans plusieurs selon les besoins de la transformation. Le pouvoir travaille pour ouvrir la conscience à l’influence divine et en même temps pour augmenter la réceptivité des éléments les plus bas de notre être. C’est un procédé long et difficile.
Ce yoga est une révolution comprimant le travail de siècles et de siècles dans quelques années, dans une vie. Nous allons à une allure vertigineuse, sur la voie royale de la destinée spirituelle. Le manque de vigilance, le refus de collaboration peuvent être la cause d’un désastre à tout moment. C’est pourquoi dans ce yoga nous devons être vraiment sérieux et sincères. La volonté de se soumettre à une guidance plus élevée est le signe qu’on est prêt pour cette difficile aventure spirituelle. Plus nous nous donnons avec sincérité, plus nous recevons de la force divine. Notre sincérité est la meilleure protection qui nous sauvegardera de tout faux pas. Nous rencontrons dans le monde ceux que nous cherchons, nous y voyons ce que nous sommes capables de voir, nous achevons ce que nous voulons vraiment achever. Ainsi si c’est notre aspiration sincère d’être en union avec le Divin, de vivre en Sa présence et d’être ses instruments alors le Divin à chaque pas sera avec nous préparant les circonstances pour la réussite de notre aspiration. Plus notre mental deviendra calme, plus il recevra d’intuitions des régions supérieures de pensées et de lumière. Au début elle nous sembleront étrangères, presque sans de relation avec nos pensées et idées habituelles. Elles apportent avec elles une vibration totalement différente à celle que nous connaissons . Elles ont un sens différent de dimensions . On ne doit être ni effrayé ni perturbé. Comme notre conscience s'approfondira, notre sensation de temps et de dimensions s’élargira à l’infini. Tout a été là tout le temps, ce qui est passé ou futur. Tout est là tout le temps. La manifestation est un dévoilement progressif dans le temps et l’espace matériel.
*****

Niranjan Guha Roy 1977


La Paix immuable

La chose la plus recherchée dans le monde et en même temps la plus rejetée par les hommes est la paix. Quand elle est là, les hommes et les femmes s’ennuient. Quand elle est absente ils se plaignent. Mais la paix est toujours là, comme l’air que nous respirons. Elle est toujours accessible et peut devenir permanente dans notre conscience, dans notre être. Elle est la présence du Divin, de l’Esprit, un aspect tangible du Créateur suprême. Elle est accessible, présente dans le corps, dans le domaine vital de la vie, dans le mental et dans l’âme. Les arbres et les plantes, les pierres, la mer ou la matière juste vitalisée émanent une grande paix. C’est pourquoi ceux qui recherchent la paix se retirent souvent dans des endroits déserts. Les explorateurs qui ont été au pôle nord, ou au sommets des montagnes, les marins perdus dans l’immensité de l’océan, les voyageurs se reposant la nuit dans les déserts, même les cosmonautes loin de ce monde, sans pour autant être spirituels, ont souvent senti une grande paix, une paix vivante qui les pénètre et leur apporte un bonheur ineffable. On peut trouver une paix vivante dans la foret, spécialement dans des arbres géants, on peut sentir la paix dans leur sève même.

C’est avec l’éveil progressif de la vie que commence le tourment. L’éveil de la vie est en même temps celui du désir, du feu qui peut être apaisé juste pour un moment. Avec les animaux les plus évolués nous voyons une alternance entre paix et perturbation. Un lion qui chasse n’est pas paisible, un tigre qui se bat pour une femelle est la violence incarnée. Un lion bien repus est une image de paix. Les animaux ont la capacité naturelle d’etre vraiment paisibles quand leur besoins primordiaux sont satisfaits.
Même les hommes des tribus primitives ont une entrée dans une profonde paix. Chez eux, le mental, le tyran suprême, le tourmenteur est à peine né encore. La réelle torture de l’homme commence avec l’éveil de l’être mental quand il mangea “la pomme de la connaissance”. Avec l’éveil des idées de ce qui est bien ou mal, vrai ou pas vrai, de ce qu’il doit avoir, de ses droits, ses besoins et demandes, ses caprices, ces espoirs et aspirations, il est exilé du paradis. La paix est partie. La vraie raison? Il est victime de ses propres pensées, de sa propre vision du monde. Il est lui même le lieu d’une immense contradiction incessante et à chaque pas il est en contradiction avec le monde qui l’entoure. Sa recherche de la paix a commencé il y a bien des ages. Les sages nous ont révélé comment l’obtenir. Le Bouddha nous a montré que pas l’abolition des désirs, on peut arriver à une paix absolue. Bien avant lui il y a eu des sages qui recommandaient la pratique du détachement. Nous devons essayer de percevoir les choses à travers le témoin qui existe réellement en nous. Pour beaucoup de choses nous sommes vraiment des témoins mais pour ce qui nous touche personnellement, il est difficile d’être paisible, un témoin inébranlable. C’est le premier pas. On doit pratiquer la discipline de devenir un témoin. C’est la clé de la spiritualité indienne. Puis graduellement on découvrira que le témoin a le pouvoir apaiser, de calmer même les plus violents assauts des impulsions vitales et peut même apaiser les souffrances physiques. Le témoin peut calmer le mental assez facilement. C’est pourquoi les intellectuels désintéressés sentent une paix en eux. Mais il y a des degrés, des intensités, même des différentes substances de la paix.
En résumé. L’abolition des désirs, au moins un contrôle lumineux des désirs, un détachement progressif et la découverte du témoin en nous sont des moyens à notre disposition.
Mais il y a un autre moyen tout puissant, souverain, infaillible qui est la prière. Si nous pouvons nous abandonner dans les mains du Seigneur, de la Mère Divine, du Créateur divin, du Mystère de cette invisible Personnalité dans un mouvement d’humilité, de supplication, avec quelques mots spontanés d’un enfant’” Aide moi, soutien moi, protège moi, donne moi la paix” alors le miracle se fait. Le grand mystère ne refuse jamais ses bénédictions et amour même a l’être le plus faible, misérable, déshérité du monde.Il nous enveloppe de sa paix qui est un bonheur indescriptible. Prier comme un enfant, ouvrir son cœur, exprimer ses tourments, souffrances, simplement, s’approcher de lui avec la confiance du chien fidèle. Alors il prend soin de son enfant qui ne se sentira plus jamais seul. La paix sera avec lui. La paix lui apportera une grande compréhension. La paix contient la lumière en elle. Dans la paix on comprend infiniment mieux. La paix apporte un repos bénéfique. En même temps, la paix nous libérera de ce que la spiritualité indienne appelle le recul, la peur, la honte, la haine etc. Elle abolira intérieurement, psychologiquement le sens de séparation des autres. Nous sentirons profondément à l’intérieur de nous une unité avec tous les êtres, toute la création, comme si tout devient soi même, tout est une paix infinie. Si nous devenons plus vaste, si nous pouvons prier pour la paix, pour toute la terre, si nous pouvons être impersonnels, nous serons capables de sentir la paix partout, dans chaque chose, la seule réalité, la base de l’existence.
Que la paix apaise les désirs aveugles et la violence et soulage les souffrances. Paix pour chacun et pour toute la terre . Dans cette paix nous pouvons sentir l’Être suprême, le bonheur durable au dessus de tout conflit et contradiction, la paix immuable.

******
Niranjan Guha Roy


La Poussière mystérieuse

Une feuille sèche, hier elle était vivante, aujourd’hui,elle est morte. Dans une semaine elle sera de la poussière et nourriture pour de jeunes plantes. Elle va réapparaitre comme une fleur ou un fruit. Elle sera transformée dans les yeux du poète. Chaque graine contient un arbre mystérieux dont les branches cache les symphonies de Beethoven. Qu’est ce que l’homme si ce n’est une graine parmi les graines, nourri par la poussière, par la terre, ses rêves sont contenus dans les pétales de rose, dans le parfum du jasmin, dans les feuilles vertes d’une laitue Quelle merveilleuse substance cette poussière! Il a été dit” De la poussière tu es venu et à la poussière tu retourneras” Comme c’est vrai et comme c’est merveilleux.! Cette poussière mystérieuse des étoiles contient toute l’éternité emprisonnée dans une transe magique. Les corps lumineux des dieux sont faits de cette mystérieuse poussière qui contient tout et devient tout. Mais y a t’il de la poussière vraiment? Ne serait ce pas plutôt la substance même du Mystère infini, éternel que nous appelons Dieu? Où est la mort, une ombre vivante se change dans un sommeil sans rêve de lumière d’étoiles
Que suis je? Un rêve flottant dans une rivière à minuit! Suis je un échec? Comment cela se pourrait il? Quand je suis la profonde satisfaction des rochers qui aspirent à avoir un corps, un mental et un cœur et la capacité d’aimer et de haïr, de sentir et d’ être Tout autour de moi il y a une mystérieuse substance merveilleuse, sans forme ni nom, contenant tout. Tout ce qui a été avant est là comme les refrains d’une musique fascinante entendue il y a des ages. Tout ce qui est ici en ce moment est une explosion de beauté cachée et de ravissement et tout le futur est visiblement caché dans un arbre comme le bouton, la fleur le fruit pas encore nés. Chaque grain de poussière me contient à l’infini. Je suis ce visage, ces bras merveilleux des danseurs, ce vieil homme sénile avec sa raison dispersée à tous vents, cette déesse magnifique, je suis ce grain de sable infiniment pareil à tous les autres grains de sable. Mon corps s’écroule, mon âme est fragmentée comme la lune sur la surface agitée du lac. Je suis, je n’existe pas et vous non plus, ni lui, elle ni personne. Nous sommes des rêves vivants, des symboles visionnaires issus de la poussière d’étoiles, de cette substance sans nom qui est la base de tous les univers en existence ou à venir. Nos enfers, nos cieux, nos passions et aspirations sont à jamais contenus en sécurité dans la magique enveloppe d’un grain de sable.                                                                                                                                                                                  Une feuille sèche tombe en poussière,puis apparait dans l’iris du poète visionnaire explorant les profondeurs de l’éternité et de l’infinité.