Au sujet de la concentration

La différence entre un homme de génie et un homme ordinaire est la concentration que le génie met dans son travail, quoiqu’il fasse. L’homme de génie ne perd pas son temps. Avec son pouvoir de concentration, il apprend une leçon, fait un travail qu’un homme ordinaire avec son mental dispersé mettrait beaucoup plus longtemps à accomplir. De cette manière, en développant notre pouvoir de concentration nous pouvons écourter le temps d’apprentissage et de travail et ainsi gagner plus de temps pour augmenter notre pouvoir d’expression, et notre capacité de travail. Il y a plusieurs méthodes pour développer la concentration mais pour moi la meilleure méthode est de se concentrer avec tout le mental, cœur et corps sur le travail que nous faisons à ce moment, sur la leçon que nous apprenons à ce moment avec une soif insatiable de perfectionner ce que nous avons déjà appris, ce que nous avons déjà accompli. En même temps que cette concentration sur l’être extérieur il doit aussi y avoir la concentration sur le développement de l’être divin en nous. Nous devons nous concentrer dans une prière pour la purification de notre être, le rejet de tout ce qui est non divin en nous et surtout rejet de la violence dans chaque partie de notre être. Nos pensées doivent être vraiment bienfaisantes, notre cœur large et vaste qui n’a pas d’ennemi, notre corps plein de paix et d’harmonie où la moindre manifestation de colère, jalousie, envie, haine, cupidité, ambition, violence est peu à peu éliminée jusqu’à ce qu’il reste seulement une paix joyeuse dans le corps. Ceci est la meilleure condition pour la croissance de l’être divin en nous. La violence et la haine doivent être absolument éliminées de toutes les parties de notre être aussi longtemps que cela puisse prendre. C’est quand la violence et la haine auront pratiquement disparues de notre conscience par la descente de la Force divine dans notre être tout entier que la vraie Vie Divine pourra commencer. Cela peut prendre toute une vie ou bien un nombre de vies mais tant que la violence n’est pas totalement éliminée de l’être, l’instrument ne peut pas être utilisé de manière satisfaisante pour le grand propos du Divin.

****

Niranjan Guha Roy – 1975