Peintures et textes- sur le Chemin

Le Sacrifice sans idée de récompense
Se sacrifier sans rien vouloir en échange
Le choix du sacrifice de soi
L'immense solitude du moment.
La grande noblesse de l'instant

 

La Rédemption

L'immaculée Conception donnée par la Grace Divine.
Elle seule a le pouvoir de laver notre passé
Et de nous donner une nouvelle naissance
De nous rendre miraculeusement immaculés

Toujours , toujours il avance le Pèlerin
Toujours, toujours il  marche sur le Chemin
Même éreinté, même parfois découragé,
Toujours, toujours il avance le Pèlerin....

 


Laisser pour un moment
Les gens, le bruit, l'agitation, l'action

Même ses plus hautes aspirations
Se rendre au Rendez vous
Ce tête à tête béni

Cette intimité sacrée
Avec la Divinité

Où  plus rien d'autre n'existe.
Là est la force de continuer

Soyons guidé seulement par la lumière intérieure - Let us be guided only by the inward light

Que nous soyons éclairés uniquement par la lumière intérieure

***

Peintures et texte  Amita Guha Roy


La Quête sans fin

Qui est le chasseur et qui est la proie?
Celui qui Te cherche dans les ombres de la forêt
Même s il le voulait ne pourrait pas abandonner la piste dangereuse.
Il n’y a nulle part sous la mer, au dessus des montagnes,
Dans les déserts et les cavernes où il est à l’abri de Ta poursuite,
Caché à Tes myriades d’yeux pleins de sollicitude.

Conduis moi, O Charretier,
Le fouet dans Ta main est mon sauveur.
Tu as cassé la barrière entre l’âme et le Divin.
La naissance et la mort ne sont plus d’effrayants contraires,
des chaînes sur les ailes c
ar je ne meurs ni ne nais pas non plus,

Bben que j’avance sans cesse dans les corridors du temps.

Tu es l’Un, sans compagnon, distant, plongé dans tes profondeurs.
Mais Tu es aussi le Divin multiple et tous les corps sont Tes sanctuaires.
Les atomes attirent les atomes, l’océan attire le ciel,
Les rayons de la lune se penchent pour embrasser le lotus,
Un cœur soupire après un cœur à travers les frontières closes.

Je préfère le crépuscule à un soir brillant,
Une ombre reposante dans un champ de lumière
Un manteau d’argent jeté négligemment sur des épaules dorée.
Ton masque rehausse la magie de Ta beauté mystique.
Proche et incroyablement éloigné, refusant d’être enfermé dans une étreinte
Tu m' attires toujours avec un flot soudain de ta brûlante extase.

L’âme fascinée par ta Personne sans forme
hypnotisée par un charme qui va en s’approfondissant dans le temps
vit en harmonie et respire la paix.
Sans cesse poussée à une recherche infatigable, une quête sans fin
Récompensée par une épiphanie à chaque tournant de la route
Dans le bouleversement et le désordre il entend Tes pas qui approchent.
Dans un instant de splendeur il sent la proximité de Ta Présence
Et il participe à la cérémonie
Quand Tu apparais dévoilé pour la Nouvelle Création
*******
Niranjan GuhaRoy


Où trouver la paix et l'harmonie

Nous vivons dans une civilisation matérialiste pénible, douloureuse et dangereuse, ou le sens de sécurité, de prospérité et de bien-être est précaire et illusoire.

Mais, où trouver la paix, l'harmonie, la bonté, la stabilité dans cet océan noir et déchaîné?

La Mère et Sri Aurobindo sont venus sur terre pour délivrer l'humanité de cette monstrueuse emprise des seigneurs du mensonge et d'obscurité. Il n'est pas nécessaire d'être clairvoyant pour percevoir cette situation calamiteuse. La Mère et Sri Aurobindo nous rappelle un chemin lumineux, presque oublié dans le passé, mais connu de nos ancêtres très éloignés. Leur message est à peu près ceci :

La race humaine est un marchepied de la nature universelle pour aller plus haut vers la félicité divine, la vraie harmonie, la paix et la félicité stable, sans mélange. Ce chemin lumineux est à la portée de chaque aspirant qui suffoque dans ce monde sans lumière et lance un appel , un au secours, à Celui qui dirige ce monde en agonie vers un foyer lumineux, la félicité immortelle. L'Eternel n'est pas loin. Il s'est enfermé dans le cœur mystique, dans un bouton de lotus céleste. Si nous pouvons plonger "au dedans.", dans les profondeurs presque sans fond, on découvre ce foyer, le vrai Eldorado tant rêvé par les hommes. Mais, il faut creuser, creuser, creuser jour et nuit pendant des années, inlassablement, sans se désespérer pour y arriver. Ce passage est ténébreux et difficile. Il est presque humainement impossible d'arriver au foyer, mais, il ne faut pas se décourager nous ne sommes pas seuls. Quand nous creusons à un mètre de profondeur, la Mère Divine éternelle, assise dans le lotus, monte dix mètres vers nous. De loin, Elle nous fournit l'énergie, la joie, l'espoir croissant et finalement la certitude de la délivrance.

Nous sentirons que Quelqu'un d'autre est en nous : le conducteur ou la conductrice de notre chariot qui nous mène vers le but : son foyer merveilleux. Alors, commence un voyage joyeux, d'abord dans un état de collaboration étroite avec la Mère Divine, puis dans un état de soumission croissante à Sa volonté sage et suprêmement bienveillante et protectrice, enfin vient le triomphe : l'abandon total, confiant, joyeux, absolu à la présence dominante de la Mère Divine. Désormais, c'est Elle qui nous porte vers Sa demeure de lumière condensée, de joie immortelle, intarissable. Quel miracle ! Ce monde hideux, affreux, terriblement monstrueux qui nous suffoquait, nous étranglait a disparu dans un éblouissement de joie à peine soutenable. Toutes les formes, tous les êtres nous appellent de tous côtés .

« Regarde Moi, Je suis là, partout, partout. Il n'y a que Moi, infiniment dans ce monde et ailleurs. Il n'y a personne d'autre que Moi. Toi aussi, tu es Moi-même qui voyage toujours découvrant les trésors cachés inestimables du Divin, de l'Esprit éternel à travers le temps sans fin."

Le Divin habite tous les êtres, un peu voilé ici, déformé là, complètement caché dans un autre, mais ce ne sont que des déguisements de théâtre. Le Seigneur est un aventurier intrépide, sans scrupule, sans honte, qui accepte tous les rôles et donne un spectacle insupportable à notre conscience, à notre chaire, à nos faibles nerfs. Mais cette vision là n'est pas pour demain. C'est trop fort pour nous. Mais par Sa Grâce, derrière les voiles les plus obscurs, nous trouverons la Mère, merveilleusement bonne, souriante qui nous fait oublier à jamais le passé. Alors tout devient rire et lumière.

****

N.Guha Roy

 

 

 


La Fin d’un Age

Les grandes Puissances aveuglées par leur arrogance insensée
Se moquent de Toi, O Mère Divine Créatrice,

Directrice de cet univers.
Elles ignorent que sans Toi elles n’ont aucune existence.
Les marionnettes se révoltent contre les mains qui les manipulent,
Les icebergs se forment comme les rois incontestés de l’océan
Mais dès qu’ils se hasardent au-delà du cercle borné, glacial,
Ils se fondent en larmes et disparaissent dans l’eau chaude.

Découvrons la Mère Éternelle
Derrière la façade trompeuse, phénoménale.
Tout est Son jeu ;
Nos actes absurdes sont déclenchés par Sa Sagesse.

Cette civilisation matérialiste a atteint son sommet ultime.
La cathédrale de verre gigantesque, instable,
Vacille, oscille dangereusement, prête à s’effondrer
A tout moment emportant sa gloire dans sa chute
Dans la poussière et dans l’oubli,
Délivrant d’un effroyable cauchemar.
Les grandes puissances armées de fusées apocalyptiques
Se croient les maîtres du monde et deviennent folles de rage
Si quelqu’un refuse de plier les genoux
Devant ces grands seigneurs gonflés d’or noir et jaune.
Mais on est presque arrivé à la fin de la comédie !
L’insouciance d’une seconde, ou un petit rien
Peut anéantir les géants.

Une volonté auto réalisatrice dirige le monde du dedans.
Au fur et à mesure que la divinité intérieure grandira,
Émergera au jour.

La carapace dure des hommes myopes, obstinés

Se cassera, éclatera.
Cet age aveugle, violent, cruel, inconscient,
Égocentrique arrivera à son terme,
Peut être finira t’il par un feu d’artifice éblouissant,
Accompagné de milliers de trompettes,
De tambours et de cymbales.

Nous sommes au début

D’une manifestation divine magnifique sur terre.
Accueillons avec gratitude
La merveilleuse Aube qui s’annonce.
********


N.Guha Roy 1998


L’égalité d’âme

Il y a seulement un chemin pour sortir des agitations causées par le mental. Tel que le monde est, il est très difficile de dire ce qui est vrai, ce qui est faux . Nous avons tant d’attachements, de préférences, d’idées préconçues, sans mentionner nos réactions personnelles. C’est seulement quand nous aurons acquis un détachement parfait, une égalité dans le cœur et le mental qu’il y aura la possibilité de voir les mouvements tels qu’ils sont réellement.

On peut développer une indifférence qui ne se soucie de rien ou bien un détachement total mais cela nous emmène graduellement très loin de la vie. Mais si nous devons vivre dans le monde au milieu des batailles et des luttes incessantes, de ses espoirs et déceptions, de ses mille forces en conflit permanent on doit d’abord développer la force du guerrier basé sur l’égalité et puis suivre les commandes de l’âme.

Dès que nous devenons conscients de l’âme, on s’éveille aussi à un autre état de conscience, différent du mental et du cœur ordinaire et notre recherche nous apporte la révélation progressive du mystère divin. Alors tout en restant dans le monde et pourtant au dessus de tout conflit, non affecté par aucun évènement, nous faisons la volonté divine dans le monde, et progressons vers une nouvelle vie de plus en plus spirituelle.

Mais l’âme secrète dans le cœur doit être trouvée

*******

N.Guha Roy 1986


Le vrai chercheur de la vie spirituelle

Un vrai chercheur de la vie spirituelle n’est pas attaché à la famille, la nationalité ou à une religion ou un parti et pas même à l'humanité. Il est paisible, aime la solitude et a une communion profonde avec la Nature. Il n'est attaché à rien le matériel. Son seul désir est de trouver le Divin, son être psychique, vivre pour le Divin, par le Divin et au service du Divin. Il est soumis à la Mère Divine dans son âme, il est constamment plein d'amour et de confiance. Il n'a rien de personnel à réaliser. Il est un instrument pour la manifestation de la Mère Divine et Sa conscience.

La transformation de la conscience physique est très longue et douloureuse. Le corps n'a pas encore trouvé la stabilité dans la Conscience divine. Le progrès est très lent,  centimètre par centimètre, mais la conscience est plus que jamais établie dans le Divin.

Tout est le Divin, tout est Krishna, tout est la Mère, Elle est Elle-même  le feu dans le volcan. Même si cent éclatent en même temps, c'est Elle qui est là, le Divin - le jeu de Krishna, rien n'est perdu. Il n'y a pas de mort. Ceux qui ont été écrasés reviendront avec un nouveau visage pour joindre de nouveau le jeu.

Om Janani madura. La Mère douce éternelle travaille dans tous, pour le meilleur de chacun. Elle transforme le monde - Om janani madhura sarvamangala - ne l'oubliez pas pour un instant, Elle vous prendra aussi dans la conscience du Divin où on ne voit que Lui, la Mère et rien d'autre. Alors tout est  bonheur, le vrai bonheur. C'est notre destin, qui est le destin du monde.

Il y a seulement l’Un, éternel, infini, indivisible, un seul Être, une seule Existence simple, le Brahman, le Bonheur suprême. Le mental voit tous les éléments comme divisés, séparés de l’Un. Par exemple si nous prenons un tournesol, séparons toutes les parties, alors le tournesol disparaît. C'est ce qui arrive dans notre mental quand nous regardons l'existence. Nous voyons seulement les parties séparées, pas le tournesol magnifique glorieux. Dans la vraie conscience il y a seulement le Divin infini, éternel, non cassé, un Être, une Existence, le Seigneur, la Mère, vasudeva servam.

Il y a une révolution complète dans la conscience. Tout est fait dans le silence, en union active avec la Volonté Divine dans la conscience universelle. Cette nouvelle méthode de travail devient l'état normal de la conscience. Ça se déplace de plus en plus vers cette Volonté divine qui voit tout, auto réalisatrice de la Mahashakti Suprême.

Pranam, pranam, pranam.

****

N.Guha Roy 2005


La conscience de Vérité

Il y a un certain état de conscience dans lequel on voit clairement que le plus petit évènement qui arrive sur terre est contrôlé, organisé et accompli par le Divin. Tout se déroule dans un ordre parfait avec une précision méticuleuse, spontanément comme une plante qui pousse et développe des branches, des feuilles, des fleurs et des fruits dans un ordre naturel. L’évolution de la terre peut être décrite comme une manifestation préconçue progressive, infaillible dont chaque séquence est un inévitable et naturel développement. Ainsi d’une boule en feu la matière organisée apparut, puis la vie dans la matière puis le mental dans la matière animée. Et maintenant selon la Mère et Sri Aurobindo la conscience de vérité est déjà entrée dans le mouvement évolutif et graduellement manifestera la conscience divine dans l’homme. C’est seulement quand chacun de nous aura sa base dans la conscience de la Mère Divine que la vie collective pourra devenir un symbole puissant et solide de l’unité et de l’harmonie divine dans le monde. Nous devons réaliser que comme individus nous ne pouvons ni accélérer ni retarder l’évolution presque de la même manière que nous ne pouvons pas modifier la vitesse de la terre tournant autour du soleil. Plus nous deviendrons conscients, plus nous pourrons participer au procédé du changement et transformation et devenir témoins de la révélation progressive de l’Esprit.

Savons nous réellement quels singes, quels êtres devinrent les premiers hommes munis un mental ? Est-ce si important de le savoir ? De la même manière, des êtres sont préparés pour la manifestation de la Conscience de Vérité. Puis au cours du temps d’autres entreront dans le courant du développement. Il veut des vases capables de contenir le nectar, la félicité. Nous oublions souvent que nous sommes des créations et pas le Créateur. Nous sommes des instruments, des moules conscients et vivants créés par le Divin pour Sa propre félicité d’existence.

Tout ce qui existe dans toutes les dimensions n’est rien d’autre que l’Esprit, l’Etre suprême et Conscience suprême. La matière, le vital et le mental sont l’Esprit en essence, des différentes formes et états de Son être. Il est donc inévitable que ces substances apparemment inaltérables retournent à leur substance originelle par l’intervention de la Conscience de Vérité. En résumé la matière, la vie et le mental manifesteront inévitablement le principe divin involué en eux car c’est toujours le Divin qui prépare le moule et la substance et l’instrument pour sa propre félicité de manifestation..

Plus nous comprendrons cette vérité plus nous nous rendrons compte que le principe de la soumission est la plus favorable attitude à adopter par notre être tout entier dans le but d’une transformation intégrale. La matière est un état créé de l’Esprit avec un paterne très fixe et des paramètres rigides. La vie est un autre état de l’Esprit mais avec un paramètre moins rigide, plus fluide. Le mental est encore un autre état de l’Esprit et qui a une liberté de mouvement et une fluidité beaucoup plus grande. Mais il lui manque la plasticité nécessaire, la transparence nécessaire et la mobilité nécessaire pour s’approcher de la Conscience de Vérité. La Conscience de Vérité par sa nature même a une plasticité sans limite et sa substance est faite d’une lumière dense. Nous pouvons même dire qu’elle a la densité lumineuse de la Conscience Suprême. Cette lumineuse densité de la Conscience de Vérité travaillant sur le mental qui est le plus prêt de sa substance, le vital un peu plus éloigné et la matière encore plus loin, transformera graduellement ces couches intermédiaires dans leur divines contreparties que nous ne pouvons pas visualiser ou saisir à ce point d’évolution. La transformation du mental précédera celle du vital qui prendra nécessairement plus longtemps et enfin se tournera vers le corps qui prendra un temps imprévisible. En résumé il ne peut y avoir de transformation supramentale du corps sans transformation de la conscience du mental, vital et physique subtile. La possibilité d’une transformation supramentale du corps est encore dans un lointain future.

Ce qui est possible en ce moment est de réaliser ce que Sri Aurobindo appelle le mental de lumière c'est-à-dire que la conscience mentale ordinaire de l’être physique peut être transformée en conscience supramentale. Il est maintenant possible de vivre dans la Conscience divine en état d’éveil. Cette Conscience divine voit le Divin partout, en tout dans l’unité indivisible de l’Un. Celui qui vit dans cette conscience se sent indivisiblement un avec tous les êtres et a une égale félicité dans toute la manifestation. Il vit en harmonie parfaite avec le rythme de la manifestation divine à travers l’évolution.

******

A.Guha Roy 1990


La Foi - citations et images

Une foi constante et stable dans l’amour de la Mère Divine
transforme le yoga en un voyage de merveilles en merveilles.

Toute la vie doit être une adoration un chant de gloire
une prière profonde pleine de gratitude.
Alors le Divin se révèlera peu à peu à notre conscience
et nous mènera hors de l'ignorance à l’éternelle félicité.
Que notre vie soit un arc en ciel de prières à la gloire du Divin

 

     Plonge profondément et découvre dans ton âme
la douceur infinie de la Mère immortelle.

On doit apprendre à oublier sa propre existence,
oublier ce qui nous semble de bonnes ou mauvaises circonstances
en acceptant avec foi tout ce qui nous arrive,
parce qu’Elle seule sait ce qui est bien pour nous.
Alors on commence à voir que tout ce qui nous arrive est un acte de Grâce (Sarvamangala).
Et on peut se soumettre à Elle en toute confiance
: C’est Elle qui nous apportera tout ce dont nous avons besoin
Cela deviendra notre constante expérience.

*****

 Si nous sommes sincères dans notre aspiration,
le Divin accomplit Sa Volonté dans notre vie malgré notre ignorance .
Cela dépend de la sincérité de notre aspiration.

********

Devenons tranquilles, paisibles, devenons zéro, zéro, zéro.
ceux qui sont satisfaits avec ce qu'on leur donne,
ceux là sont vraiment bénis.
Devenons paisibles et tranquilles
et un jour nous pourrons voir le visage du Divin

******

La Foi est le plus précieux cadeau du Divin.
Si nous avons foi dans le Divin, foi dans notre destin,
foi dans notre travail, alors un jour, notre foi sera justifiée.
Si nous avons foi dans le Divin, Il ne nous abandonnera jamais.

********

Niranjan Guha Roy

 

 


le mental spéculateur ne peut pas percevoir l’Éternel

L'Éternel, l'Être infini transcendant ne peut pas être connu ou saisi par l’homme penseur.
L’univers matériel est une émanation de l’Un éternel.
L’individu est une personnification de l’univers.
L'Éternel habite l’univers ainsi que toutes les formes en l’univers.

Ce sont seulement des mots qui n’ont ni sens ni réalité pour la pensée qui ne sait que spéculer.
Une aspiration ardente dans le mental et dans le cœur pourrait ouvrir les cieux fermés. C’est pour cela qu'on fait le yoga. Toute spéculation ne mène à rien, brouille l’esprit. Si on sait prier avec une soif sincère pour la Lumière, la Grâce, alors tout est possible. Si la recherche de Vérité devient la préoccupation principale de la vie alors on peut dire que l’on est prêt pour la vie spirituelle .

Développer une égalité parfaite, une tranquillité en toutes circonstances comme une base solide pour toute recherche spirituelle. Lire les livres de la Mère et Sri Aurobindo. Devenir intérieurement silencieux ainsi un jour on pourra sentir la Présence Divine immanente dans les choses et les êtres, partout indépendante de toute manifestation. Cela ne se fait pas sans une concentration pendant des années et une consécration totale au Divin, à l'Éternel.

Il n’y a qu’une seule énergie, une seule Force, une seule Conscience Pouvoir à l’Origine. Au fur et à mesure que la Shakti Suprême descend dans la manifestation à travers les couches différentes de l'être pour atteindre la matière, l'obscurité devient la lumière, l’amour remplace la haine, la Vérité le mensonge . Par l'évolution cette Force déchue remonte peu à peu à son Origine . Après l'homme mental viendrait l'être supramental divin.

Niranjan Guha Roy   10 3 2000


Feu Immaculé

Feu pétrifié, Soleil éteint,
La terre garde le souvenir dans son sein
Des milliards d’années devant, derrière !
Une poignée de sable !...Que de larmes et de rires …
Des rêves se poursuivent sans jamais atteindre la rive.
Demain au-delà de tous les demains- un grand Sourire,
Des vagues et des vagues de visages de l’Amour.

Ton ombre omniprésente hante toute mon existence.
Le défilé interminable de chants, de cris, de délire
Traverse mon esprit, me laisse songeur.
Je n’entends que Ta voix,  Je ne vois que Ton visage sourire.
Une telle douceur inoubliable ! Où est la douleur !
Certes ma chaire agonise mais mon âme exulte,
Qu’il ne reste plus rien de moi, nulle part,
Seul Toi,

Rêve ou réalité, milliard d’années, Tu es toujours là, Ami fidèle.
Moi, une goutte dans Ton Océan, écrasée, dispersée,
Inexistante, perdue à jamais dans Ton Infinité.
Toi seul es réel,

Où est le bien ou le mal, le diable et l’ange ?
Il n’y a que Ton sourire. Tout est de l’or pur, Feu immaculé.

Pénètre dans tous les cœurs, éveille les endormis.
Tu nous serres tous dans Tes bras forts et rassurants.
Amour éternel, insondable, Tu entraînes le temps et l’espace,
Le connu, l’inconnu dans un tourbillon d’extase mystique.

*******

                                                                                                 N.GUHA ROY   1993