Un miracle a brisé les murs de la prison dorée autour de mon âme
Et m’a libéré dans un pays merveilleux rempli de trésors infinis.
Le temps a cessé de battre et l’espace n’a plus de signification.
L’extraordinaire déroulement du drame éternel ne me dérange plus.
Toutes les recherches, explorations, poursuites sauvages,
Le va et vient des raz de marée, les allées et venues,
L’attente inquiète du lendemain,
les espoirs et les idoles d’hier sont brisés.

Les souvenirs trempés de larmes,
Les mémoires jalousement protégées de l’oubli,
Les sons et les images incalculables,
Le magique cortège incessant de formes et de visages
Ont fusionnés dans le Silence,
Se sont fondus dans l’extase d’un Océan sans borne.
L’Éternité immobilisée, l’Infini cueilli dans un sourire enchanteur,
Le connu, l’inconnu, les mystères à jamais scellés trouvés en Toi seule.

Suis-je réel ou un zéro, un esclave ou un maitre
Ou bien une note qui disparait, qu’importe!

Dans le félicité du silence de l’Esprit,
Il y a une seule vibration invariable
« Soham, soham, soham-
Il n’y a personne d’autre que Moi ici ou ailleurs »

N. Guha Roy